Indevillers

Indevillers 25470
Église Saint Ursanne

 » Un Trio élégant en Terre paysanne « 

Ce village a eu un seul nom avant  Indevillers (depuis 1790)Ayndivillar en 1177, qui fut son premier nom. Le nombre d’habitants est de 241. (recensement de 2015)

DSC_0160

Histoire du Village

Village à la modernisation précoce par rapport aux autres campagnes qui ont eu une modernisations lente et tardive (après 1880). Située entre des frontières du XIIe au XVIIIe siècles, la commune a une histoire singulière. Les diverses influences royales ou ecclésiastiques sont nombreuses (Comte de Montjoie, Évêque de Bâle, Comte de Bourgogne et bien d’autres). L’histoire du village est très riche, je vous invite à cliquer ici pour lire le travail de la Mairie avec deux historiens, M. Guy Sichler et M. Bernard Narbey. CLIQUER ICI

DSC_0176

La commune possède plusieurs vestiges des châteaux d ‘antan, dont celui de Chauvillers , ancienne seigneurie de l’évêché de Bâle. Celle-ci partagea le destin de la châtellenie de St-Ursanne. Engagé par le seigneur de Roulans de 1376 à 1384, à la ville de Bâle de 1384 à 1338, aux sires de Neuchâtel en Bourgogne de 1388 à 1426, puis au comte de La Roche de 1426 à 1436.
Le château fût bâti au XIIIe siècle pour protéger les terres, mais fût assiégé et pillé par les Écorcheurs en 1444.
Les guerres de Bourgogne ont elles aussi conquis le château en 1475, mais repris peu de temps après par les Confédérés. Le château ne sera détruit qu’en 1637 par les Français de Grancey; nous ne pouvons voir aujourd’hui que le grand fossé qui nous laisse imaginer sa grandeur d’antan.

Histoire de l’église

L’actuelle église fut construite de 1842 à 1846 avec un style corinthien. Avant celle-ci, plusieurs monuments ont été bâtis; le premier fut une chapelle édifiée au XIIe siècle, ce ne sera qu’au XVIIe siècle que l’on parlera d’églises. La première église fut remplacée car elle ne pouvait pas contenir la moitié des fidèles. C’est donc l’actuelle église qui lui succédera, en 1839, après une visite de l’archevêque. Celui-ci prononça l’interdit de l’église accordant 3 mois aux autorités locales pour délibérer et se mettre en mesure de construire une nouvelle église dans le centre du village. L’emplacement fut acheté par trois particuliers, dont le maire de l’époque, le prix en a été de 1800 Fr, et en 1842 la première pierre est posée malgré une grande opposition dont les plaies ne sont pas encore, à l’heure actuelle, cicatrisées.

DSC_0152

L’ancienne église se situait sur la colline qui se dresse au sud du village, il n’en reste que le chœur, servant de chapelle funéraire.
L’église actuelle mesure 30 mètre de long, le presbytère voisin fût achevé et 1877, le clocher en 1879, et restauré en 1971.

DSC_0085

Le chemin de croix visible a été restauré l’an passé. Petite devinette ?
Le chemin de croix actuel est :

DSC_0306

1. Des tableaux peints
2. Des photographies

Alors ? Vous avez trouvé ? La réponse est la numéro 2. Eh oui, le chemin de croix actuel a été un combat des amis de l’église, qui ont trouvé la meilleure solution: sortir du placard le vieux chemin de croix et faire appel à un professionnel, M. Chopard, venu faire des photographies de celui-ci. Puis il a effectué un traitement photographique pour raviver les couleurs, et améliorer la qualités des images. L’ancien chemin de croix était abîmé et  sa restauration aurait été très coûteuse. Depuis lors l’église a récupéré son magnifique chemin de croix.

Histoire du Clocher

Clocher en pointe, achevé en 1879, restauré en 1971. En raison de nombreuses infiltrations d’eau, celui-ci est renforcé par du béton. c’est pour cela que le clocher est très sonore; le beffroi en bois est neuf, et date probablement de la restauration. Des renforts sont visibles dans le clocher, dont un conséquent près de l’entrée des combles.

DSC_0158

L’heure est donnée par une horloge électrique. Il n’y a aucune trace de l’horloge mécanique, qui a dû disparaître au moment de la restauration. Il n’y a qu’un cadran, celui-ci suffit au village qui se trouve en face.

DSC_0104

 

Malgré le fait que la restauration a sûrement fait disparaître plusieurs traces du passé, sous le porche nous pouvons voir 3 trous qui servaient à faire passer les cordes avant que les moteurs ne les remplacent. Nous pouvons aussi voir une jolie maquette fait main par un habitant du village.

Le système de lancement des cloches est un Apollo 3 (J’ai oublié de prendre la photo).

Acs aux cloches

Pour accéder aux dames de bronze, il faut emprunter sous le porche un escalier en colimaçon permettant l’accès au clocher ainsi qu’à la tribune de l’orgue, ensuite nous empruntons un escalier en bois, nous menant à un étage en-dessous des cloches, où l’accès aux combles nous est permis, nous prenons ensuite un dernier escalier en bois pour arriver devant les dames de bronzes.

Les Cloches

Indevillers IMG_1381

Le clocher comporte 3 magnifiques dames de bronzes sur un accord majeur; deux Humbert et une Robert.
La grande cloche ainsi que la plus petite ont des harmoniques baroques, avec un hum très long. La moyenne, baroque elle aussi, a néanmoins un hum bien moins long. L’analyse de ces cloches nous montre bien une différence entres les Humbert qui se ressemblent malgré leur écart d’âge. La plus grande a une particularité, que ceux qui ont l’oreille musicale pourront entendre; et ceux comme moi, à qui c’est l’analyse qui le dit. cette cloche chante le Ré3, mais elle le chante bas, elle sonnerait presque un Do#3, à quelques centièmes.
L’inscription en latin de la cloche fait référence au Psaume 89-2 : « Je chanterai sans fin les miséricordes du Seigneur »

La cloche 2, a elle, quelques défauts de coulée, uniquement visuels: décors et écriture penchés, usés, fissurés, parfois au bord de la lisibilité.

DSC_0224


Cloche 1

Je m’appelle Marie Elizabeth Anaise , je chante le Ré3, pour un poids de 1475 kg (poids inscrit sur la cloche) et 1553Kg (poids calculé) , avec un diamètre de 138,4cm.
J’ai été fondue par François Humbert à Morteau en 1866.

DSC_0222

Description

Monsieur Querri étant curé d’indevillers messieurs Mercier Celestin maire de cette commune Bourquard Denis adjoint je suis née de la liberalité des habitants de la paroisse dans la fonderie de François Humbert de Morteau je pèse 1473Kg j’ai été bénite en Octobre 1866 par Monsieur Faivre aumonier de l’asile et de la prison du Doubs à Besançon délégué de SE (Son Excellence) le cardinal Mathieu Arch (archevêque) de Besançon et aussitot installé ici pour la plus grande gloire de Dieu

Je m’appelle Marie Elizabeth Anaise mes parrains sont messieurs Bourquard Jn Bte employé commis au forges d’Audincourt et dépendances et Brishoux Désiré monteur de boites Ecant de Galonne les deux terres Ptaire (Propriétaire) à Indevillers mes marraines sont madame Marie Elizabeth Bourquard née Racine et mademoiselle Anaise Brischoux 1866

Misericordias Domini In Aeternum Cantabo

Traduction : La Miséricorde du Seigneur chantée éternellement

Signature : Faite à Morteau par François Humbert en 1866

Note : -50/100


Cloche 2

Je m’appelle Marie-Thérèse , je chante le Fa#3, pour un poids de 716Kg , avec un diamètre de 106,6cm.
J’ai été fondue par Nicolas Robert en 1817.

DSC_0043

Description

J’ai été bénite par Monsieur Brischoux Jean Joseph ancien cure de Villar natif de Monnoiron 1817
Pour parrain monsieur Voisard Laurent cure de Chaux des Granges et pour marraine Marie-Thérèse Paumier épouse de Jean Joseph Patois de Chauvillers adjoint Mr Rois & Comte Alexis cure d’Indevillers
Pierre François Racine maire d’Indevillers

Signature : Nicolas Robert m’a faite

Note : -6/100


Cloche 3

Je m’appelle Marie Xer , je chante le La3, pour un poids de 435Kg , avec un diamètre de 89,2cm.
J’ai été fondue par François Humbert à Morteau en 1818.

DSC_0212

Description

Je m’appelle Marie Xer j’appartient aux habitants de la paroisse d’Indevillers qui m’ont fait faire par souscription j’ai été bénite par Mr Cdealx Rois Comte cure à Indevillers l’an 1818 j’ai eu pour parrain Mr Jfcs(François) Voisard propriétaire au chateau de Chauvillers et maire D’audeux pour marraine Dle (Delphine) Marie Xer Buessard d’indevillers Mr Lt Jpm Voisard maire Jn Jph (Joseph) Bourquard Jn (Jean) Joseph Buessard adjoint et Ls Jph (Joseph) Faivre greffier.

Signature : Faite à Morteau par François Humbert en 1818.

Note : -28/100


Reportage :

Remerciement :

Je remercie très sincèrement M. C.SCHNEIDER Maire de ce bourg pour son accord pour monter et faire sonner les cloches exceptionnellement, à mes amis S. Sellas, L. Masson et Mike « Quasimodo Sonneur de Cloches » qui m’ont accompagnés ce jour ainsi que leurs aides précieuse, ainsi que Dom  » Valdom68  » pour la correction de l’article, et Antoine Cordoba  » Les Cloches Savoyardes  » pour la phrase en latin et son origine.

Soutenu par le village de Indevillers -> Leur site

Reportage effectué le 09/06/2018 à 14h45
Le Sonneur Comtois

Mes Sources pour cet article :

Archives de la Mairie
Site de la Mairie

Cet article, et mes travaux, sont dédiés à M. L.Tirole, originaire du village.